Recherche en cours...


Accueil > Département du Lot > Les thématiques de recherche du Département du Lot

Les thématiques de recherche du Département du Lot

Intervenant à la fois sur le champ de l’architecture et du patrimoine mobilier, le service Culture - Patrimoine historique du Conseil départemental du Lot mène depuis 2005 plusieurs missions d’inventaire combinant approche thématique départementale et étude systématique sur des territoires plus restreints.

02 décembre 2011

L’architecture médiévale

Thématique départementale forte, le patrimoine architectural du Moyen Age a fait l’objet d’un premier recensement conduit entre 2005 et 2008 : plus de 2 000 édifices ont été repérés sur les 340 communes du Lot par l’équipe constituée de Maurice Scellès, Gilles Séraphin et Nicolas Bru, à l’appui de notices descriptives minimales et d’une couverture photographique. Il s’agissait de disposer d’un état des lieux sur le bâti médiéval, en complément des villes de Cahors et Figeac d’ores et déjà étudiées.

Entre 2008 et 2011, une cinquantaine d’études approfondies ont été réalisées sur des édifices majeurs ou en travaux, avec synthèse historique, analyse archéologique et relevés graphiques. Ce travail a donné lieu en janvier 2012 à la publication de l’ouvrage Archives de pierre. Les églises du Lot au Moyen Age, consacré à l’architecture religieuse. Il se poursuit à partir de 2012 sur le sujet des donjons et châteaux.

Le patrimoine rural et les fermes

Après avoir réalisé en 2007 un premier inventaire de l’architecture rurale de la commune de Lamativie (canton de Sousceyrac), un recensement des fermes entre Cère et Dordogne a été conduit entre 2008 et 2010 sur les 16 communes du canton de Bretenoux. Cette étude a été réalisée par Julien Hadjadj-Jadaud qui a analysé les formes architecturales propres à ce territoire au croisement de trois grandes régions naturelles (Causse de Gramat, Limargue et Ségala) qui ont engendré des différences d’organisation des exploitations agricoles (logis, granges, étables, annexes, …), de volumes et de matériaux de construction.

Des datations par dendrochronologie ont parallèlement été réalisées sur plusieurs granges repérées dans le département, présentant des charpentes dites primitives, non triangulées et à arbalétriers courbes. L’étude du patrimoine rural se poursuit à partir de 2012, en particulier sur le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, permettant de documenter l’ensemble des bâtiments pouvant bénéficier des aides financières de la Région et du Département.

Le mobilier religieux

Parallèlement aux missions relevant de la Conservation des Antiquités et Objets d’Art sur le mobilier protégé parmi les Monuments historiques, a été engagée entre 2010 et 2012 une étude du patrimoine religieux sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Anaïs Couteau réalise ainsi l’inventaire systématique du mobilier artistique (retables, statues, tableaux, ...) conservé dans la soixantaine d'églises situées sur l'itinéraire du GR65 (entre Montredon et Montcuq, via Figeac, Cajarc, Limogne et Cahors), dont trois tronçons ont été labellisés au titre du Patrimoine Mondial de l'Unesco. Chaque édifice fait l’objet d’un recensement exhaustif de son mobilier, complété par des recherches en archives pour comprendre l’histoire de son ameublement au regard des travaux successifs qui ont touché le bâtiment.

Le patrimoine industriel

Département fortement rural et fort peu industrialisé, le Lot a néanmoins connu aux 19e et 20e siècles une activité artisanale liée à l’argile, au travers d’un réseau de tuileries et briqueteries ayant parfois acquis un statut industriel (Boissières et Puy-Blanc à Reyrevignes). Pour accompagner le Pays Bourian dans un projet de valorisation des ressources de son sous-sol, un inventaire du patrimoine industriel a été conduit par Véronique Lhermitte entre 2009 et 2010, donnant lieu au repérage et étude d’une trentaine de sites (carrières et lieux d’extraction, fours de potiers et de tuiliers, usines) autour de Catus et Gourdon.