Recherche en cours...


Accueil > Flaran - Baïse -Armagnac > Flaran - Baïse - Armagnac, Grand Site de Midi-Pyrénées

Flaran - Baïse - Armagnac, Grand Site de Midi-Pyrénées

Le territoire de Flaran - Baïse – Armagnac se situe au cœur de la région de la Ténarèze, dans le nord du Gers. Traversé par la Baïse, il possède une histoire très riche depuis la plus haute Antiquité, notamment au Moyen-âge, grâce au phénomène monastique, aux pèlerinages et à la richesse de son terroir et de ses paysages vallonnés et ouverts.

30 juillet 2014
Auteur : Juliette Galvan

LES ÉLÉMENTS PATRIMONIAUX MAJEURS :

Au cœur de ce territoire, trois pôles majeurs se distinguent :

L’abbaye de Flaran et la bastide de Valence-sur-Baïse :

L’abbaye cistercienne de Flaran est une des abbayes les mieux préservées du sud-ouest de la France grâce à la conservation de la quasi-totalité des bâtiments monastiques et des jardins. Elle est fondée en 1151 dans la vallée de la Baïse, par les moines de l’Escaladieu (Hautes-Pyrénées) et sa construction se serait échelonnée entre 1180 et 1220 et son réaménagement jusqu’au XVIIIe siècle autour de l’église romane (XIIe siècle) et du cloître (XII-XIVe siècles). L’abbaye est l’un des monuments majeurs de l’architecture cistercienne en Gascogne, caractérisée par une grande sobriété. Elle est classée aux Monuments Historiques en totalité ainsi que les jardins.

Marqué par de nombreuses crises historiques, le site est racheté en 1972 par le Département du Gers et devient le siège de la Conservation départementale du Patrimoine. Le Conseil Général y anime une importante politique de mise en valeur culturelle et de réhabilitation des bâtiments. En accueillant la prestigieuse collection Simonow, l’abbaye devient un haut lieu du patrimoine. Plus de 350 œuvres d’art, essentiellement des peintures et des sculptures (Monet, Renoir, Cézanne, Rodin, Picasso, etc), prêtées par le grand collectionneur Michaël Simonow sont installées dans le dortoir des moines.

La commune de Valence-sur-Baïse, sur laquelle est située l’abbaye de Flaran, est une bastide dite gasconne, créée en 1274, suite à un paréage[1] entre le comte d’Armagnac Géraud V et Gilibert, abbé de Flaran. Son église du XIVe siècle, dédiée à Saint-Jean Baptiste, y occupe une position centrale, sur la place des couverts. Elle abrite des pièces de mobilier remarquable dont une piétà en bois peint et un lutrin en bois sculpté du XVIe siècle.

La ville de Condom

Capitale de la Ténarèze, Condom est une ancienne cité épiscopale, qui s’est développée autour d’une ancienne abbaye. Elevée au rang de cathédrale en 1317, cette dernière, dédiée à Saint Pierre, reprend les canons du gothique méridional en les adaptant au style flamboyant. Le cloître, accolé à la cathédrale, dessert la chapelle privée des évêques ainsi que leur ancien évêché. L’architecture gothique de la ville est complétée par de nombreux hôtels particuliers des XVIIIe et XIXe siècles, comme les Hôtels de Polignac, des Postes ou de Cugnac.

-La cité de Larressingle

Le village fortifié de Larressingle, surnommé la « petite Carcassonne du Gers »est implanté sur un plateau dominant les vallées de l'Osse et de la Baïse. De forme polygonale, presque circulaire, le bourg présente un ensemble architectural médiéval unique, cerné par un fossé et préservé par les guerres. Le château des abbés de Condom (XIIIe et XVe siècles) et l'église (XIe siècle) occupent le centre du village. Les maisons s'appuient, pour la plupart, contre l'enceinte.

L’ITINÉRANCE :

Les pôles patrimoniaux sont reliés entre eux par deux voies d’itinérance essentielles :

La rivière de la Baïse

Surnommée « la rivière d’argent », la Baïse (190 km) prend sa source sur le plateau de Lannemezan avant de se jeter dans la Garonne. Reliant l’abbaye de Flaran à Condom, elle constitue l’épine dorsale de la Ténarèze. Des éléments patrimoniaux remarquables sont parsemés au fil de cet axe central, comme le pont de Condom ou de nombreuses écluses. Ils témoignent de l’importance du trafic fluvial ; la Baïse participant au développement économique de Condom et sa région, grâce au transport par gabarres des eaux-de-vie d’Armagnac et de diverses denrées jusqu’au port de Bordeaux.

Les Chemins de Saint-Jacques : GR65 ou « Voie du Puy » et le Pont de Lartigues

La « Voie du Puy » ou Via Podiensis, relie le Puy-en–Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port vers Saint-Jacques de Compostelle. Elle traverse d’est en ouest le territoire du Grand Site de Flaran-Baïse-Armagnac et relie de nombreux sites remarquables : la collégiale de La Romieu, la commanderie d’Abrin, la cathédrale et le cloitre de Condom, le village de Larressingle, le Pont d’Artigues, etc.

Enjambant l’Osse, le pont d’Artigues (Beaumont-sur-l’Osse et Larressingle) est l’un des derniers ponts romans construits entre le XIIe et le XIIIe siècle et surtout l’un des rares exemples d'architecture civile, créé pour le passage des pèlerins, encore existant. Il est d’ailleurs inscrit par l’UNESCO au Patrimoine Mondial de l’Humanité depuis 1998 avec le tronçon Lectoure – Condom (35 km) de la Voie du Puy.

Informations pratiques :


[1] Convention de droit féodal conclue entre un seigneur puissant offrant sa protection et un autre plus faible qui donnait en indivision une seigneurie, dont les revenus étaient alors partagés (Dubourg Jacques, Histoire des bastides, Editions Sud-Ouest, 2002).