Recherche en cours...


Accueil > Saint-Cirq-Lapopie Pech Merle > La grotte du Pech Merle, grand site de Midi-Pyrénées

La grotte du Pech Merle, grand site de Midi-Pyrénées

La grotte du Pech Merle est située sur la bordure méridionale du causse de Gramat, dans une vaste colline culminant à 280 mètres d’altitude. Parmi une dizaine de grottes ornées, elle est le plus important sanctuaire paléolithique du Quercy.

15 mai 2014
Auteur : Juliette Galvan

La situation de la grotte

L’occupation humaine dans les vallées du Lot et du Célé a laissé plusieurs traces datant de l’époque préhistorique. La zone de confluence entre les deux cours d’eau recèle en effet une forte concentration de grottes ornées où s’exprime, sous différentes formes, l’art pictural paléolithique. Formée de deux étages de galeries se déployant au total sur plus de 1,5 km, la grotte du Pech Merle, à Cabrerets, en est l’exemple le plus remarquable.

Elle présente un grand intérêt géologique. Les stalactites, stalagmites, colonnes, draperies et autres étapes de sa formation sont encore visibles. Cette beauté naturelle est mise en valeur par de nombreuses œuvres préhistoriques bien conservées. Cette association entre art pictural paléolithique et ornementation stalagmitique constitue une des caractéristiques majeures de la grotte.

C’est pour cette raison que l’abbé Lemozi a choisi d’ajouter le qualificatif « grotte-temple » à Pech Merle afin de rappeler son caractère de sanctuaire naturel et humain.

L’historique des recherches

Les peintures de la grotte ont été révélées en septembre 1922 par André David et Henri Dutertre au cours de plusieurs explorations spéléologiques. Cette découverte est l’aboutissement d’un long travail, commencé en 1914 par l’abbé Lemozi, dans la vallée de l’Alzou. Après avoir découvert une importante tradition d’art pictural paléolithique dans la vallée du Célé, l’abbé Amédée Lemozi forme les jeunes de sa paroisse à l’exploration spéléologique et à la recherche de peintures pariétales.

Grâce aux explorations d’André David et d’Henri Dutertre, les dimensions de la grotte ornée de l’âge glaciaire sont révélées ainsi que l’exceptionnel état de conservation de ses concrétions. L’abbé Lemozi, secondé par André David, alors âgé de douze ans, peut commencer l’étude et les premiers relevés par calque direct des figurations pariétales. Il réalise également le creusement du puits d’accès de la grotte, établit son plan et dirige les travaux d’accès et d’aménagement afin d’ouvrir le site au public en 1924.

Les explorations se succèdent jusqu’en 1949 avec la découverte de la seconde partie de Pech Merle : la galerie du Combel. Cette galerie et ses peintures sont révélées par André David après l’ouverture d’un passage à travers l’éboulis de l’entrée primitive.

Pech Merle a eu d’emblée une grande notoriété car, au milieu du XXe siècle, seulement une trentaine de grottes ornées est connue en Europe, dont beaucoup ne sont pas accessibles au public.

La description de la cavité

Au cours de ses travaux au Pech Merle de 1922 aux environs de 1960, l’abbé Lemozi a inventorié au total plusieurs centaines de motifs dont des figurations animales et humaines : bisons, mammouths, chevaux, mains, etc. et nombreuses ponctuations et motifs caractéristiques de l’art pariétal quercinois.

L’étude de la grotte se poursuit actuellement sous la direction de Michel Lorblanchet. La réalisation de la quasi-majorité des peintures peut être située entre 28 000 et 23 000 ans environ avant le présent, tout comme d’autres ensembles pariétaux de la région (Marcenac, Roucadour, Les Fieux, Cougnac etc.) .

La Frise noire du Pech Merle et ses 25 grands dessins noirs dévoile sur sept mètres de longueur une spirale de grands herbivores clairement disposée (chevaux, bisons, mammouths et aurochs). Complété par 17 autres dessins au trait noir, c’est un ensemble de 42 figurations pariétales que l’on peut admirer aujourd’hui sur le panneau baptisé « La chapelle des Mammouths » par l’abbé Lemozi.

Selon Michel Lorblanchet, Pech Merle demeure aujourd’hui en Europe « l’exemple le plus parfait, peut-être, de grotte ornée paléolithique accessible à tous ».

Informations pratiques :