Recherche en cours...


Accueil > Département du Lot > Les églises du Moyen Age dans le Lot

Les églises du Moyen Age dans le Lot

Depuis janvier 2012, est disponible en librairies l’ouvrage Archives de pierre. Les églises du Moyen Age dans le Lot. Il est fruit des six années d'inventaire et études scientifiques de l'architecture médiévale du département, menés depuis 2005 par le Conseil général du Lot et la Région Midi-Pyrénées dans le cadre de l'Inventaire général du patrimoine culturel, avec la collaboration de l'Université Toulouse-Le Mirail.

02 décembre 2011

Un large panorama sur les églises du Moyen Age

En 320 pages, illustrées de plus de 1 000 photographies, cet ouvrage brosse un large panorama sur les églises du Moyen Age érigées entre les 10e et le 16e siècles, des rares vestiges préromans jusqu'aux édifices reconstruits après la guerre de Cent ans, sans omettre les nombreuses églises romanes et gothiques.

Des chapitres consacrés au contexte historique, à la lente évolution de l'architecture, au décor monumental (tympans, peintures murales, vitrail) et au devenir de ce patrimoine culturel, précèdent un catalogue qui, sur près de 200 pages, égrène la longue liste la plus exhaustive possible des églises ayant conservé des vestiges matériels du Moyen Age, parfois ténus, souvent majestueux.

Chaque notice d'édifice développe l'histoire du monument et ses dispositions architecturales, complétées le cas échéant d'une présentation des décors peints qu'il renferme, le tout illustré de clichés récents ou parfois anciens.

Un grand nombre d'églises présentées

Plusieurs surprises attendent le lecteur, à commencer par le nombre d'églises présentées dans le catalogue : 403 monuments y sont listés, en espérant en avoir oublié le moins possible.

Au-delà des grands édifices d'ores et déjà connus, tels la cathédrale de Cahors et son cloître, les abbayes de Souillac et Marcilhac-sur-Célé, le prieuré de Carennac, les sanctuaires de Rocamadour ou les ruines de l'Abbaye Nouvelle, on trouve des églises romanes ou gothiques jusque dans les plus petits villages, possédant parfois des vestiges véritablement monumentaux. Parmi d'autres, les ruines préromanes du monastère de Lantouy (Saint-Jean-de-Laur) et les deux chapelles castrales jumelles de Pestilhac (Montcabrier) sont de véritables trésors cachés.

L'analyse approfondie du corpus recensé a permis de reconsidérer la connaissance jusqu'alors admise sur le passage de l'art roman à l'époque gothique : de nombreux édifices que l'on datait jusqu'à présent du 11e ou du 12e siècles, car présentant tous les caractères stylistiques romans (absides semi-circulaires, arcs en plein cintre, chapiteaux sculptés d'entrelacs, ...), se révèlent construits à la fin du 12e siècle, voire au milieu du 13e siècle, comme c'est le cas à Saint-Pierre-Toirac. Cela pose des questions sur le contexte culturel et politique dans lequel ces monuments ont été érigés, le Quercy n'ayant intégré le royaume de France que tardivement au cours du 13e siècle.

Enfin, le département du Lot est un formidable conservatoire des peintures murales, plus de 150 édifices renfermant des décors monumentaux, rarement antérieurs au 14e siècle, le plus souvent exécutés lors de l'intense période de reconstruction qui suivit la guerre de Cent ans.

Un ouvrage coécrit par plusieurs chercheurs de renom

Ce livre est coécrit sous la direction de Nicolas Bru, conservateur des Antiquités et Objets d'Art, par Gilles Séraphin, architecte du Patrimoine, Maurice Scellès, conservateur en chef du Patrimoine, Virginie Czerniak, maître de conférences en histoire de l'art, Sylvie Decottignies, ingénieur d'études, et Gérard Amigues, vice-président du Conseil général.

Il bénéficie d'une campagne photographique réalisée par Nelly Blaya et Philippe Poitou.

Ont collaboré au catalogue Anaïs Charrier et Anne-Marie Pêcheur.

L'ouvrage est publié aux éditions Silvana Editoriale au prix public de 39 €.