Recherche en cours...


Accueil > Patrimoine architectural > L’hôtel particulier des capitales provinciales

L’hôtel particulier des capitales provinciales

Les 2 et 3 décembre 2011 se sont tenues à la Cité de l’architecture et du patrimoine, au palais de Chaillot, des journées d’études consacrées à l’hôtel particulier des capitales provinciales. Ce programme s’est inscrit en contrepoint de l’exposition présentée actuellement à la Cité : « L’hôtel particulier. Une ambition parisienne ».

01 septembre 2010
Auteur : Alice de la Taille

L’exposition

Elle offre au visiteur une présentation synthétique des hôtels particuliers de Paris, dans toute leur diversité. Ceux-ci ont été en effet construits sur une période chronologique très vaste, allant de la fin du Moyen-Age au début du 20e siècle. Selon les époques, leur implantation dans la ville a varié en fonction des quartiers en vogue. Les choix des commanditaires et des architectes, mais aussi la forme des parcelles ont suscité des plans et des organisations variées parmi lesquelles la disposition entre cour et jardin a été la plus privilégiée.

L’exposition commence par une enfilade de pièces qui restitue le rez-de-chaussée d’un hôtel. Cour, vestibule, antichambre, salon, chambre, cabinet, jardin : l’organisation-type des hôtels ainsi reconstituée montre au visiteur la hiérarchisation des espaces ainsi que la richesse de leur décor.

La seconde section de l’exposition présente, de façon chronologique, les principaux hôtels parisiens. Ceux-ci sont évoqués par le biais de plans, de gravures et de maquettes. Cette partie présente des hôtels toujours en place, mais également des hôtels disparus mais abondamment documentés, tel le Palais Rose, palais éclectique édifié à la Belle Epoque sur l’avenue Foch et détruit en 1969.

Enfin, la troisième partie est constituée d’une succession d’alcôves qui proposent des éclairages thématiques sur des éléments constitutifs des hôtels tels les jardins, l’inscription dans la ville ou les décors intérieurs.

www.citechaillot.fr

Le catalogue de l’exposition sera prochainement disponible au centre de documentation du patrimoine.

GADY (Alexandre), Les hôtels particuliers de Paris, du Moyen-Age à la Belle-Epoque, Parigramme 2011, 320 p.

Les hôtels particuliers en province

Les journées d’étude sur les hôtels particuliers en province associées à l’exposition ont été ouvertes par une présentation sur la protection des objets mobiliers et des décors intérieurs de ces hôtels. Ce type d’objet, souvent de propriété privée, pose des problèmes spécifiques dans la mesure où leur valeur patrimoniale est souvent liée à leur maintien in situ ou du moins au sein d’un ensemble.

Les communications ont été ensuite consacrées à diverses études de cas portant soit sur des édifices particuliers (l’hôtel d’Alluye à Blois, la maison François Ier à Saint-Etienne), soit sur des corpus d’hôtels particuliers. Ont été ainsi étudiés les hôtels d’Orléans du 15e au 16e siècle, ceux de Caen de la même époque (majoritairement détruits et connus à travers les sources), les hôtels en brique du Val de Loire à la Renaissance, les hôtels de Dijon aux 17e et 18e, et les hôtels parlementaires à Bordeaux et Toulouse au 18e. Une communication sur trois hôtels particuliers de Nancy s’est attachée à resituer leur création dans le contexte du renouvellement urbain de la ville au début du 18e siècle.

L’ensemble de ces interventions a permis de faire émerger un certain nombre de thèmes transversaux : question des matériaux, des commanditaires et des artistes, analyse des plans et des distributions, inscription dans le tissu urbain.

Les communications de ces journées d’étude feront l’objet d’une publication dans la revue In Situ à l’automne 2012.