Recherche en cours...


Accueil > Architecture > La terre crue en Midi-Pyrénées

La terre crue en Midi-Pyrénées

On associe bien souvent l’image du Midi toulousain à celle de la brique. Toulouse, Montauban ou Albi, se revendiquent être plus rose l’une que l’autre … Pourtant la brique cuite, n’est pas le matériau exclusif en Midi-Pyrénées.

23 avril 2012
Auteur : Jérôme Bonhote et Roland Chabbert

La terre crue : entre patrimoine et développement durable

D’autres savoir-faire constructifs, même s’ils furent minoritaires, ont cohabité dans l’ombre de la brique cuite. Jamais, l’art de bâtir en terre crue n’a atteint les niveaux de production industrielle de la brique. Pourtant, ce matériau s’impose au 19e siècle avec la technique de l’adobe, brique moulée désignée aussi comme « brique verte ou crue », et de ses déclinaisons se combinant aux modules de la construction traditionnelle de la brique hérités de l’Antiquité.

Une connaissance sans cesse renouvelée

Les études menées sur la terre crue depuis le début des années 1980 par les architectes, les historiens de l’architecture, et plus récemment les archéologues renouvellent peu à peu l’approche de ce patrimoine architectural. Ils ont mis en exergue une connaissance fine des pratiques de construction en terre crue avec leurs spécificités territoriales depuis le néolithique pour les exemples les plus anciens jusqu’aux années 1950.

Longtemps considéré comme le matériau du « pauvre » et relégué au rang d’une architecture vernaculaire de second plan, la terre crue est, avec l’essor du développement durable, en train de trouver une place de choix dans les matériaux de construction écologique de demain.

Un dossier sur la terre crue a récemment été publié pour mettre en perspective la richesse exceptionnelle du patrimoine en terre crue en le confrontant aux initiatives récentes de quelques auto-constructeurs. Il est complété par les articles que vous trouverez en pièce jointe.

En savoir plus