Recherche en cours...


Le château de Mauriac

Le château de Mauriac offre un exemple imposant d’architecture de la fin du Moyen-Age et du début de la Renaissance qui a été entièrement redécoré par le peintre Bernard Bistes. Le résultat est un contraste étonnant entre la forteresse et son décor intérieur exubérant.
18 Avril 2012
Vous pouvez consulter la fiche découverte "Le château de Mauriac" de deux manières différentes. Soit en cliquant sur les flèches grises afin de faire défiler le contenu de la fiche, soit en téléchargeant directement la fiche dans son format pdf.
Tarn
Commune de Senouillac
LE CHÂTEAU
DE MAURIAC
Architecture
FICHE DÉCOUVERTE
Service connaissance du patrimoine
DCAV - Région Midi-Pyrénées
HISTOIRE
Le château de Mauriac a été construit aux 15e et 16e siècle pour la famille de Rabastens, vicomtes de Paulin.

Cette imposante forteresse est occupée depuis 40 ans par le peintre Bernard Bistes qui s'est attaché à la restaurer et à en redécorer tous les intérieurs, la transformant peu à peu en maison d'artiste.
L'ARCHITECTURE
Le château est organisé selon un plan rectangulaire ponctué par une série de tours. La façade principale flanquée de deux tours de grandes dimensions et d'un porche d'entrée entouré par deux autres tours plus petites constitue un ensemble symétrique monumental. Des canonnières sont situées dans les tours et les hourds bois supportaient un chemin de ronde, abattu après les guerres de Religion, et reconstitué par l'actuel propriétaire. De petites ouvertures Renaissance sur le corps central atténuent la sévérité de l'ensemble.

Les ailes ouest et sud sont résidentielles : les élévations sont percées de nombreuses fenêtres à meneaux. Alors que le reste du château est laissé en moellon brut apparent, les élévations sur cour de ces deux ailes sont couvertes par un enduit qui imite un appareil en pierre de taille. L'angle sud-ouest présente des différences de niveaux et de mise en œuvre par rapport au reste de la cour : il correspond à la partie la plus ancienne du château. L'aile sud ouvre sur la cour par une vaste loggia à deux niveaux ajoutée au 17e siècle.
L'ARCHITECTURE
Le château comporte sur l'aile sud un large escalier en vis.
La salle à manger est dotée d'une cheminée dont le manteau est flanqué de deux sculptures qui représentent peut-être Jacques de Rabastens et Marie d'Arpajon mariés en 1526.
LE DÉCOR PEINT
Les intérieurs du château ont été progressivement entièrement décorés par Bernard Bistes : les murs sont couverts de faux marbres et selon les pièces un décor peint orne les murs, les plafonds ou les volets intérieurs. Les peintures mêlent portraits des proches du peintre (comme dans le grand salon ou dans la chambre aux 200 médaillons) et réinterprétations de différentes sources d'inspiration. Ainsi, la salle à manger est-elle dotée d'un plafond peint qui reprend des motifs décorant le château de Saint-Martial tandis que ses volets trouvent leur modèle dans une chapelle de la cathédrale d'Albi. Le décor de rinceaux, entrelacs et putti de la chambre asiatique est pour sa part inspiré par une plaque de la Renaissance conservée au musée d'Arras.

La tour nord abrite au premier étage une chambre dite à la polonaise qui a reçu le décor le plus admiré du château : sur son plafond où les nombreux panneaux peints dessinent des caissons, le peintre a reproduit l'herbier Hortus Eystettensis de Basilius Besler daté de 1613. Ce recueil de 367 gravures figure le catalogue des plantes présentes dans le jardin d'Eichstätt, créé par Besler pour le prince-évêque Johann Konrad Von Gemmingen.

Le chemin de ronde restitué a été dernièrement doté d'une galerie de portraits représentés en buste dans des médaillons.

Conception et Réalisation : Romain Deplano

Textes : Alice de la Taille