Recherche en cours...


Jardin de l’abbaye de Flaran

L'abbaye de Flaran est implantée sur les rives de la Baïse. Ce grand ensemble monastique construit dans le style cistercien dispose d'un jardin de cloître ainsi que d'un jardin de simples et d'un grand jardin de composition classique aménagés dans l'enceinte de l'abbaye.
18 Avril 2012
Vous pouvez consulter la fiche découverte "Jardin de l’abbaye de Flaran" de deux manières différentes. Soit en cliquant sur les flèches grises afin de faire défiler le contenu de la fiche, soit en téléchargeant directement la fiche dans son format pdf.
Saint-Antonin-Noble-Val - tarn-et-Garonne
Gers
Commune de Valence-sur-Baïse
JARDIN DE
L'ABBAYE DE FLARAN
Paysage
FICHE DÉCOUVERTE
Service connaissance du patrimoine
DCAV - Région Midi-Pyrénées
LOCALISATION
L'abbaye est implantée dans la vallée de la Baïse, au bord de la rivière qui ondule en méandre, entre la Baïse et le canal de dérivation autrefois destiné à l'alimentation en eau de l'abbaye ainsi qu'au fonctionnement du moulin, construit en aval de l'enclos.
Le domaine monastique occupe le fond du vallon, dans un paysage bocager, paisible et verdoyant.
PARTICULARITÉS
  • L'ensemble abbatial lui-même, parfaitement conservé et restauré, dont la construction s'échelonne sur tout le Moyen Age, depuis le 12ème siècle (église abbatiale), jusqu'au 18ème siècle (logis de l'abbé) : à proximité des jardins, s'élèvent l'église abbatiale, le cloître et ses galeries, les bâtiments conventuels, l'ancien quartier des hôtes…
  • Dans les jardins eux-mêmes : le puits ; le bassin circulaire ; le mur de clôture et son pigeonnier, ainsi que le pavillon contenant la pompe de remontage des eaux du canal.
HISTORIQUE
Vue de Toulouse en aval du Bazacle
Les premiers jardins monastiques européens étaient composés de plantes médicinales - les moines ont été les premiers apothicaires – de plantes aromatiques (pour la distillerie), condimentaires (pour rehausser les aliments) et potagères.

A Flaran, le jardin médiéval est inclus dans la clôture monastique de l'abbaye cistercienne. Fille de celle de l'Escaladieu, elle fut construite en 1151 par des moines bourguignons, dans le plus pur style cistercien.

Au 18ème siècle, un aménagement important dote le monastère d'un "quartier des hôtes" et d'un grand jardin. En 1791, le monastère fut vendu à un particulier, puis affecté à une exploitation rurale, et les bâtiments transformés en dépendances agricoles. S'ensuit une période de dégradation continue, à l'issue de laquelle un incendie criminel ravagea une partie des bâtiments en 1970.

Le Département achète l'ensemble en 1972. Peu après commence la restauration de l'ensemble par les Monuments Historiques. Les jardins actuels ont été réaménagés en 1987, après la restauration de l'abbaye.
DESCRIPTION
Les jardins de l'abbaye de Flaran sont inclus dans un parcours d'interprétation sur la vie monastique qui fait l'objet du fil conducteur pour la visite de l'abbaye.

On trouve à Flaran les trois types de jardins que peut comporter un enclos monastique :

  • Le jardin de cloître : au centre des bâtiments monastiques, il est entouré par des galeries qui desservent l'église et les principaux lieux de vie de l'abbaye. C'est un espace carré enclos, engazonné et orné d'un puits, ici légèrement désaxé. Le jardin de cloître a une valeur symbolique : par son ouverture sur le ciel, il sert de support à la méditation spirituelle du moine qui déambule dans ses galeries. L'eau du puits représente la Vie divine. Dans certains cas, un pommier ou tout autre arbre fruitier pouvait être planté dans le cloître pour rappeler l'histoire d'Adam et Eve et du péché originel.
Vue de Toulouse en aval du Bazacle
  • Le jardin d'agrément à la française : il s'étend sur une très grande surface, à l'est du chevet et de l'ancien « quartier d'hôte » ou logis abbatial construit en 1759. Aménagé après cette date, il est fait pour être vu depuis les fenêtres du premier étage du logis (appartement de l'abbé). Une allée axiale est tracée d'ouest en est depuis le milieu du quartier d'hôte jusqu'au pigeonnier qui marque la clôture orientale des jardins. A la croisée de cette allée axiale avec une allée perpendiculaire, cantonnée par quatre cyprès, se trouve un vaste bassin circulaire. Des allées secondaires divisent le jardin en damier composé de parterres engazonnés. Sur le côté nord, un édicule en pierre du 18ème siècle contenait la pompe qui faisait remonter l'eau du canal et alimentait notamment le grand bassin.
  • Le jardin utile: il fait partie de l'enclos mais il est implanté en bordure, nettement séparé du jardin d'agrément par une haie. Il est en deux parties, la première consacrée au verger, planté de pommiers et de poiriers, la seconde divisée en carrés plantés de plantes médicinales et aromatiques (romarin, lavande, mélisse, sarriette, achillée, menthe…).
Vue de Toulouse en aval du Bazacle Vue de Toulouse en aval du Bazacle

Conception et Réalisation : Romain Deplano

Textes : Claire Fournier et Christelle Parvillé