Recherche en cours...


De portes en portes à Lavaur

Partez à la découverte des anciennes portes d'entrée du centre ancien. L'occasion de découvrir et d'apprendre à regarder ces éléments d'architecture, parfois de véritables chefs-d’œuvre de menuiserie !
24 juillet 2013
Vous pouvez consulter la fiche découverte "Lavaur : De portes en portes" de deux manières différentes. Soit en cliquant sur les flèches grises afin de faire défiler le contenu de la fiche, soit en téléchargeant directement la fiche dans son format pdf.
Portes à Lavaur
Carte de localisation de Lavaur
Tarn
Lavaur
DE PORTES EN PORTES...
Architecture
FICHE DÉCOUVERTE
Service connaissance du patrimoine
DCAV - Région Midi-Pyrénées
DES PORTES A PLANCHES CLOUEES
Les plus anciens modèles de portes conservés ne doivent pas être antérieurs au XVIIe siècle. Elles possèdent un seul vantail constitué de deux épaisseurs de planches. Verticales d'un côté et horizontales de l'autre, les planches sont solidarisées avec des clous forgés à têtes rondes ou losangées dont les pointes sont retournées au revers.

Un autre principe apparaît au cours du XVIIe siècle qui consiste à assembler une épaisseur de planches à l'aide d'un cadre mouluré cloué par-dessus. L'étanchéité de la partie basse de la porte est assurée par un épaississement marqué, le soubassement. Ce système perdure largement jusqu'au début du XIXe siècle.


Dans la rue du Père Colin, vantail constitué de planches retenues par un cadre clouté, à soubassement saillant.
Dans la rue du Père Colin, vantail constitué de planches retenues par un cadre clouté, à soubassement saillant.
Modèle de porte simple à deux épaisseurs de planches, impasse du Rat
Modèle de porte simple à deux épaisseurs de planches, impasse du Rat.
LE 18E SIECLE ET L'ART DU METAL
Si le principe des planches clouées n'est pas totalement abandonné, au XVIIIe siècle, un nouveau type de porte devient courant : la porte à cadre avec panneaux, dont les éléments sont assemblés à mi-bois ou tenons etmortaises chevillés.

Les deux vantaux, l'un semi-fixe et l'autre mobile, souvent de largeurs inégales, sont séparés par un pilastre cannelé terminé par une volute ou un dé orné. Dès lors, les vantaux sont surmontés d'une partie fixe vitrée, l'imposte, qui éclaire l'entrée ou la cage d'escalier. Elle est protégée par des barreaux ou une grille en fer forgé.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, certaines portes présentent un décor de style Louis XV, avec des panneaux aux angles chantournés, et un soubassement traité en parquet d'assemblage.

L'art des ferronniers et serruriers s'impose dans les élégantes grilles ornées de volutes qui protègent les vitres des impostes. Ce décor forgé se complète par des entrées de serrure et des heurtoirs, en forme de boucles ou de marteaux qui s'articulent sur des plaques de métal appelées platines.
Sur un hôtel particulier de la Grand-Rue, porte de style Louis XV, surmontée d'une grille en fer forgé ornée du monogramme du propriétaire entouré de volutes.
Sur un hôtel particulier de la Grand-Rue, porte de style Louis XV, surmontée d'une grille en fer forgé ornée du monogramme du propriétaire entouré de volutes.
LE GOUT DU 19E SIECLE
Le XIXe siècle et le tout début du XXe siècle se caractérisent par une grande variété de formes et de styles. La technique du cadre avec panneaux se généralise, et la décoration devient plus sobre et géométrique.

Les vantaux sont de largeurs égales, toujours surmontés d'une imposte vitrée. Afin d'apporter plus de clarté dans l'entrée, les panneaux centraux sont parfois remplacés par des vitrages, protégés par des grilles en fer forgé ou en fonte aux motifs variés. Les panneaux pleins avec des décors en fort relief sont de nouveau appréciés dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, les portes en bois étaient généralement peintes à l'huile de diverses couleurs : ocre rouge, bordeaux, vert foncé, ou dans des tons de gris. À partir du milieu du XIXe siècle, les portes peuvent être en bois apparent vernis.

Les heurtoirs en fonte représentant une main féminine baguée qui tient une boule, ou les motifs issus d'un bestiaire varié, fabriqués en série, deviennent alors des modèles courants.
Modèle très répandu à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, à jours vitrés protégés par des grilles en fonte, rue Château-Renard.
Modèle très répandu à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, à jours vitrés protégés par des grilles en fonte, rue Château-Renard. Heurtoir en forme de main tenant une boule, modèle courant en fonte, rue du Palais.
Heurtoir en forme de main tenant une boule, modèle courant en fonte, rue du Palais.
DE CURIEUX PERSONNAGES


La porte n'est pas uniquement une oeuvre de menuiserie, elle est aussi un support d'expression artistique. En témoignent les nombreuses sculptures qui ornent les meneaux des impostes ou les parties hautes des pilastres séparant les vantaux.

La plupart du temps, il s'agit d'ornements géométriques ou végétaux, mais parfois une figure surmonte les volutes feuillagées, qui se transforment alors en bustes. Chacune est un modèle unique, réaliste ou fantaisiste, souriant ou sévère, qui garde le passage ou invite à franchir le seuil.

On en trouve plusieurs exemplaires à Lavaur, sur des portes datant des XVIIe et XVIIIe siècles. Citons par exemple celles de l'hôpital et de la chapelle des Doctrinaires.
Personnages sculptés sur les portes de lavaur


Personnages sculptés sur les portes de lavaur

Conception et Réalisation : Arnaud Villefranque

Textes et photos : Céline Vanacker


Télécharger la fiche découvertes sur les portes de Lavaur - PDF(590Ko)


Voir toutes les photos des portes de Lavaur dans le Tarn