Histoire du village et du pastoralisme à Gavarnie

Grange et son enclos. Le toit à longs pans est parallèle à la pente.
Photo : Philippe Poitou
IVR73_20116551173NUCA

Les Hospitaliers, protecteurs des voyageurs

C'est la présence des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui a fixé la population dans la haute vallée de Barèges. Un hôpital, destiné au repos des voyageurs qui devaient franchir le Port de Bouchairo vers l'Aragon, est mentionné au XIIIe siècle. Il disposait d'une chapelle, Notre-Dame du Bon Port, à l'origine de l'église paroissiale actuelle, ainsi que de granges et de moulins près du Gave.

Une forte tradition pastorale

Instaurée par les Hospitaliers, la pratique de l'élevage s'est pérennisée. Dans des enclos ceinturés de murets en dalles de pierre s'élevaient de nombreuses granges-étables, avec fenil à l'étage surmonté d'un pignon à redents. Certaines existent encore, accolées aux maisons ou dispersées dans les prés de fauche autour du Gave mais le toit de chaume a cédé la place à l'ardoise. Les granges d'altitude ont mieux conservé leur aspect traditionnel.

Des relations transfrontalières originales

Les Hospitaliers pratiquaient sur les hauts pâturages une transhumance sans frontière. Le massif était pour eux un lieu de partage, maillé d'un réseau de chemins, d'hospices, et de cabanes de berger. Cette situation activa par la suite entre les deux peuplements de nombreuses querelles qui furent réglées par des contrats de paix et d'entraide, les "lies et passeries". Cependant, une forte tradition d'échanges et de commerce s'est toujours maintenue entre les deux versants.

Gavarnie, le "village du gave"

On suppose qu'à l'origine du village de Gavarnie, un premier groupe de maisons s'est formé près de l'hospice, le long du chemin d'Espagne qui conduit au Port de Boucharo. Il perdure dans le noyau d'habitat qui fait suite à l'église sous le nom "Quartier de l'Hôpital". Le village s'est ensuite développé le long du Gave, en surplomb sur le torrent, sur plusieurs centaines de mètres vers l'aval. C'est pourquoi il présente un aspect très étiré, comme effiloché.

Voir les notices correspondantes :

Auteur :

Claire Fournier